Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Battle Tendency - Tome 04 : JoJo's Bizarre Adventure -Tome 09

Battle Tendency - Tome 04 : JoJo's Bizarre Adventure -Tome 09

Nouveau mois, nouvelle fournée de mangas. Et cet fin d'été s'annonce bonne. Bon, pire introduction possible. Mais avouez que débuter par le milieu de l'histoire "Battle Tendency", il y a pire. Deuxième génération de "JoJo's Bizarre Adventure", qui voit donc Joseph et Caesar, petits Fils de Jonathan et Zeppeli (vus dans "Phantom Blood"), affronter des ennemis redoutables en les personnes de AC/DC, Wham et Kars. Des "hommes du pilier" réveillés par les soldats Nazis qui croyaient pouvoir les maintenir endormis.

Nous avons constaté que Joseph était impulsif et basait son combat sur son talent naturel pour utiliser l'Onde. Seulement, si ça a suffit pour vaincre Straits et un peu plus tard Santana (quoique ce dernier est juste pétrifié), c'est plus compliqué quand les Hommes du Pilier lui offre un peu plus d'un mois pour s'améliorer. Ceci afin de les affronter à nouveau. Pour s'assurer que le jeune Joestar ne fuit pas (c'est une de ses techniques secrètes), AC/DC et Wham lui offrent deux bagues empoisonnées. Une autour de sa trachée, l'autre de son cœur.

Caesar va donc mener Jonathan vers sa Maîtresse, Lisa Lisa. Afin de s'entraîner comme des fous, et comme les gros Shônen Nekketsu savent si bien le faire. En restant longtemps sur la première épreuve, pour mieux passer le reste de l'entraînement. C'est alors qu'il reste une petite semaine avant le grand jour, que la dernière étape s'amorce. Jonathan va affronter son maître, tandis qu'un peu plus au sud de l'île, Caesar en fera de même. Sauf que c'est une surprise qui attend notre héros. AC/DC n'en peut plus d'attendre, et il attend pourtant patiemment JoJo, non sans avoir éradiqué le maître en charge de l'entraînement du jeune homme.

Une lutte enragée s'engage, qui s'achèvera dans ce quatrième tome. Et on retrouve tout ce qui fait le charme de la série signée ARAKI Hirohiko. Dessin propre, anatomie des personnages surréaliste, poses improbables mais hyper classieuses. Sans oublier que nous avons systématiquement un personnage qui nous explique ce qu'il se passe. Pendant son combat contre AC/DC, c'est Jonathan qui va conter les techniques de son adversaire. Tout en révélant la sienne. Comme d'habitude, on joue sur le fait que JoJo anticipe fortement, sauf que cette fois-ci, son adversaire a anticipé son anticipation. Ce n'est pas français, mais peu importe.

Ce tome ne compte plus que 9 chapitres, résultat, il se lit un peu plus vite. Mais on continue de savourer certaines cases par leur beauté incroyable. L'expression des visages des personnages, les gestes que l'on peut suivre malgré l'aspect inerte d'un dessin. Du grand art. On va passer de Venise, non sans avoir eu droit à un passage sexy sobre avec Lisa Lisa, et un plus dégueulasse avec les restes de AC/DC, pour mieux partir vers la Suisse. Et retrouver une vieille connaissance à la frontière. L'occasion de voir Kars, qui veut réceptionner la gemme rouge.

Encore un autre combat, sauf que cette fois-ci JoJo reconnaît qu'il n'est pas de taille et va devoir user de ses talents pour tenter de récupérer la pierre précieuse. C'est alors qu'il chute dans un ravin entraîné par Kars, que le tome s'arrête. Gros cliffangher. Et gros spoiler du coup, désolé. La baston en Suisse est explosive, toujours sublime, puissante. Le détail apporté à la connaissance désormais Bio-Mécanique, les talents cachés de Kars (qui me remémore Kusanagi dans l'anime "Blue Seed"), ça dépote la rétine. Même si ça ne veut rien dire.

Difficile de croire que ce manga est sorti en version reliée en 1989. On se retrouve avec une volonté de dessiner comme HÔJO Tsukasa, mais en offrant un dynamisme digne de TORIYAMA Akira (respectivement auteurs de "City Hunter" et "Dragon Ball"). Est-ce que par rapport à l'anime, le manga nous apporte quelque chose (ou l'inverse) ? Je pense que le dessin est nettement plus beau, et je reste sur cette impression que l'anime prend plus son temps. Ou alors je lis trop vite, je ne sais pas. Par contre, il me semble que la version animée est moins lourde à voir. Peut-être plus comique grâce aux comédiens et comédiennes de doublage originaux. Je ne sais pas.

En tout cas, au même titre que les mangas cités ici ("City Hunter" et "Dragon Ball" pour rappel), nous sommes face à un manga à lire impérativement si on aime le genre "bagarre". Surtout qu'ARAKI apporte un brin d'humour, grâce à Jonathan, qui fait un bien fou. Le dessin est à tomber, tout se lit parfaitement malgré parfois quelques longueurs. J'ai adoré et continue toujours de vous conseiller de voir l'anime avant de lire le manga, car je crois que c'est plus simple ainsi.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article