Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Warrior Nun - Saison 2

Warrior Nun - Saison 2

Bien des choses ont changé depuis début décembre 2022, et la chronique de la première saison de "Warrior Nun". Peut-être même bien des choses auront changé d'ici la publication de cette chronique. C'est en se disant que la série ne sera pas renouvelée que nous avons débuté le visionnage de cette...bah seconde saison du coup. Sachez tout de même que les fans du show et les personnes ayant travaillé dessus, se battent soit pour faire revenir sur sa décision Netflix, soit pour trouver un autre lieu à la série créée par Simon Barry.

La première saison avait été une vraie belle surprise. Au delà du titre un peu putassier, nous avons vu un show malin, qui mettait en scène des personnages attachants, dans un monde en proie à des êtres supérieurs, contre lesquels se battent lesdites Sœurs Guerrières. Avec évidemment la Reine de toute les reines, l'Élue, celle-là qui a l'immense honneur de porter le Halo divin. Ava (Alba Baptista), après avoir miraculeusement retrouvé l'usage de ses jambes, et même carrément la vie, va découvrir ce qu'est la vie de jeune adulte.

Seulement, des forces obscures sont à la recherche de cet anneau métallique que la Mère Supérieure (Sylvia De Fanti) lui a implanté pensant le cacher durant l'attaque inaugurale de la série. Après s'être longtemps cherchée, Ava, avec son franc-parler à l'opposé de ce que prône l'Ordre de l'Épée Cruciforme (composée en forte majorité de Sœurs, dans le sens ecclésiastique du terme), va épouser son destin. Épaulée par Shotgun Mary (Toya Turner), Béatrice (Kristina Tonteri-Young) et Camila (Olivia Delcán), elle va tenter de déjouer un sombre dessein du futur Pape, le cardinal Duretti (Joaquim de Almeida).

Mince, inutile de vous dire qu'il faut avoir vu la première saison avant d'entamer celle-ci. Car involontairement, Ava va libérer un être suprême, le faux Ange Adriel (William Miller), détenteur original dudit Halo, et qui veut le récupérer pour asseoir son pouvoir sur ce monde d'êtres inférieurs. C'est en pleine bataille contre Adriel que la saison s'achève, de façon abrupte, sans expliquer quoique ce soit. Mais regardons un brin de bande annonce avant d'aller plus loin.

Vidéo de Aperçu des Films

En effet, au lieu de revenir là où nous nous étions arrêté.e.s, la série nous montre une Ava désormais barmaid dans un chalet en Suisse. Béatrice en est devenue la tenancière, et est chargée de cacher la détentrice du Halo. Tout en entraînant celle-ci pour l'affrontement à venir contre Adriel.

Ce dernier n'a pas chômé, et voit son culte gagner des adorateurs et adoratrices au fil du temps. Devenant une vraie menace pour l'Église, qui tente de réagir tant bien que mal. C'est trop tard, et des adorateurs de Adriel, je ne sais plus leur nom, ont déjà intégré les hautes sphères de l'Église.

En parallèle, on retrouve Lilith (Lorena Andrea), de retour de l'autre monde, salement amochée, et qui veut se venger, en commençant par le traitre Vincent (Tristán Ulloa). Et il y a aussi l'Ordre de l'Épée Cruciforme qu'essaient de tenir la Mère Supérieure et Camila. En vain, le culte de Adriel arrivant à éradiquer cette branche de l'Église.

Dans le premier épisode on apprend vite fait ce qu'il s'est passé lors du gros combat, sans en voir énormément. À quoi bon finir ta saison sur un cliffangher comme celui-ci si c'est pour ne pas y revenir sérieusement dessus au début de la saison 2 ? La faute à l'absence de Toya Turner, dont le personnage va énormément manquer ici, bien que remplacée à la fin par sœur Dora (Sadiqua Binum).

Bref, on suit de façon un peu molle la façon dont Béa et Ava se cachent. En frôlant souvent le fait d'être découvertes. Surtout par le jeune Miguel (Jack Mullarkey), qui semble en savoir plus qu'il ne laisse penser. Il aura un rôle important dans cette saison 2, mais je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même.

Ce n'est qu'à la fin du premier épisode de cette saison 2 que l'action frénétique intervient. Les combats sont chorégraphiés au poil, et toujours aussi passionnant à suivre. Dès lors, il sera question de tout faire pour trouver un artéfact qui ôterait les pouvoirs de Adriel. Afin de stopper ses velléités. Le gars veut remplacer Dieu, rien que ça. Et imposer sa vision d'une vie parfaite.

La série voyagera pas mal, la Suisse, le Vatican, et surtout Madrid. Le final se déroulant dans la capitale Espagnole. Les effets spéciaux restent impeccables, il n'y a rien à redire, et la distribution aussi. D'ailleurs, j'ai oublié de le dire, mais cette saison comporte 8 épisodes de 35 à 55 minutes environ. Nous verrons l'évolution impressionnante de Ava, qui conserve tout de même son côté tête brûlée qui fait tout son charme.

Comme pour la première saison, la réalisation, la photographie, les décors, les effets et la distribution sont dignes des plus grosses productions Netflix, voire cinématographiques. Il est assez incompréhensible de ne pas voir la série être renouvelée, peut-être le ratio investissement/nombre de vues est-il insuffisant selon les pontes de Netflix ?

Le scénario, sans être parfait, offre son lot de rebondissements. Peut-être un peu trop (Lilith et Vincent ne cessent de changer de camp, c'est pénible). On appréciera la vision moderne que serait l'arrivée d'un nouveau Jésus, nouveau prophète ou porteur de la parole de Dieu. Voire même divinité ? Le plus intéressant à voir, c'est cette aspect proche de la série "Buffy contre les vampires". Le gang, les effets spéciaux, la lutte contre le mal, le côté astral, les chorégraphies, la mise en scène puissante. J'ai l'impression de voir une version moderne du personnage interprété par Sarah Michelle Gellar.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire suite au non renouvellement de la série, la fin, quoique très ouverte, frustre beaucoup moins que celle de la saison 1. Oui, la scène post-générique ouvre sur une saison 3, mais on peut aussi s'imaginer ce qu'il va se passer. Et surtout, attention du spoiler, on devine qu'un certain personnage est toujours en vie. La saison 1 laissait tout le monde en grand danger, ce n'est pas le cas ici. Il y a juste un personnage manquant et une menace de guerre sainte qui pèse, sans que nous ne voyions rien de tout ça.

Quand on voit les "Stranger Things" et autre "Squid Game" cartonner, on peut aussi dire que "Warrior Nun" mériterait tellement plus de reconnaissance. Tout y est propre, et son plus gros défaut est son titre, qui sonne à la fois comme un mauvais film ou un long métrage érotique. Je ne sais pas. J'ai vu que c'était classé dans "série pour ado", ce qui n'est pas totalement vrai, sans être faux. On peut y voir beaucoup de chose, même si comme pour "Buffy contre les vampires", ça s'adressera en premier lieu aux ados et jeunes adultes. Ce qui n'empêchera pas le reste du public d'apprécier les personnages et l'histoire.

Restes 18 épisodes, qui offrent une réel évolution à Ava. Qui font monter le danger progressivement, tout en donnant une belle image et des chorégraphies exceptionnelles. "Warrior Nun" est une série à découvrir. Surtout si vous avez aimé "Buffy contre les vampires" en son temps pour les combats impressionnant. L'histoire sur la religion ne gêne pas du tout. Seul ce nom issu du matériaux d'origine (un comic book nommé "Warrior Nun Areala" de Ben Dunn, Areala étant la première porteuse du Halo) peut rebuter, et ce serait bien dommage. Sachez tout de même que la saison 2 offre une fin ouverte, mais pas aussi déprimante que celle qui précède. J'ai adoré voir les 18 épisodes et vous conseille chaudement "Warrior Nun".

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article